site de l'OFCE accueil blog

Articles avec le tag ‘Jérôme Creel’

The ECB’s quantitative easing exercise: you’re never too young to start

By Christophe BlotJérôme CreelPaul Hubert and  Fabien Labondance

The ECB decision to launch a quantitative easing (QE) programme was widely anticipated. Indeed, on several occasions in the second half of 2014 Mario Draghi had reiterated that the Governing Council was unanimous in its commitment to take the steps needed, in accordance with its mandate, to fight against the risk of a prolonged slowdown in inflation. Both the scale and the characteristics of the ECB plan announced on 22 January 2014 sent a strong, though perhaps belated signal of the Bank’s commitment to fight the risk of deflation, which has been spreading in the euro zone, as can be seen in particular in inflation expectations over a two-year horizon (Figure 1). In a special study entitled, “Que peut-on attendre du l’assouplissement quantitatif de la BCE?” [« What can we expect from the ECB’s quantitative easing? »], we clarify the implications of this new strategy by explaining the mechanisms for the transmission of quantitative easing, drawing on the numerous empirical studies on previous such programmes in the US, the UK and Japan. suite…»

Share Button

Exercices d’assouplissement à la BCE : il n’y a pas d’âge pour commencer

par Christophe Blot, Jérôme Creel, Paul Hubert et Fabien Labondance

La décision de la BCE de lancer un plan d’assouplissement quantitatif (QE) était largement anticipée. En effet, Mario Draghi avait répété à plusieurs reprises au cours du deuxième semestre 2014 que le Conseil des gouverneurs était unanime dans son engagement à mettre en œuvre les mesures nécessaires, dans le respect de son mandat, pour lutter contre le risque d’un ralentissement prolongé de l’inflation. De par l’ampleur et la nature du plan annoncé le 22 janvier 2014, la BCE envoie un signal fort, bien que peut-être tardif, de son engagement à lutter contre le risque déflationniste qui s’est amplifié dans la zone euro, ainsi qu’en atteste notamment le décrochage des anticipations d’inflation aux horizons d’un et deux ans (graphique 1). Dans l’étude spéciale intitulée « Que peut-on attendre du l’assouplissement quantitatif de la BCE ? », nous clarifions les conséquences de cette nouvelle stratégie en explicitant les mécanismes de transmission de l’assouplissement quantitatif, et en se référant aux nombreuses études empiriques sur les précédents assouplissements intervenus aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Japon. suite…»

Share Button

Is the ECB impotent?

Christophe Blot, Jérôme CreelPaul Hubert and Fabien Labondance

In June 2014, the ECB announced a set of new measures (a detailed description of which is provided in a special study entitled, “How can the fragmentation of the euro zone banking system be fought?”, Revue de l’OFCE, No. 136, in French) in order to halt the lowering of inflation and sustain growth. Mario Draghi then clarified the objectives of the ECB’s monetary policy by indicating that the Bank wanted to expand its balance sheet by a trillion euros to return to a level close to that seen in the summer of 2012. Among the measures taken, much was expected from the new targeted long-term refinancing operation (TLTRO), which gives banks in the euro zone access to ECB refinancing with a maturity of 4 years in return for providing credit to the private sector (excluding mortgages). However, after the first two allocations (24 September 2014 and 11 December 2014), the picture has become rather complicated, with the amounts allocated well below expectations. This reflects the difficulty the ECB is having in fighting effectively against the risk of deflation. suite…»

Share Button

La BCE est-elle impuissante ?

Christophe Blot, Jérôme Creel, Paul Hubert et Fabien Labondance

En juin 2014, la BCE annonçait un ensemble de nouvelles mesures (dont la description détaillée est proposée dans une étude spéciale intitulée « Comment lutter contre la fragmentation du système bancaire de la zone euro ? », Revue de l’OFCE, n°136), afin d’enrayer la baisse de l’inflation et soutenir la croissance. Mario Draghi avait ensuite précisé les objectifs de sa politique monétaire indiquant que la BCE souhaitait augmenter son bilan de 1 000 milliards d’euros pour retrouver un niveau proche de celui observé au cours de l’été 2012. Parmi les mesures mises en œuvre, beaucoup était attendu de la nouvelle opération de refinancement (TLTRO pour targeted long-term refinancing operation) qui doit permettre aux banques de la zone euro d’accéder au refinancement de la BCE sur une maturité de 4 ans en contrepartie de l’octroi de crédits au secteur privé (hors prêts immobiliers). Pourtant, après les deux premières allocations (24 septembre 2014 et 11 décembre 2014), le bilan est plus que mitigé, les montants alloués étant bien inférieurs aux attentes. Cette situation témoigne de la difficulté de la BCE à lutter efficacement contre le risque déflationniste. suite…»

Share Button

iAGS 2015 : Une Europe divisée et à bout de souffle

par Christophe Blot, Jérôme Creel, Xavier Timbeau

L’Europe se trouve dans une situation critique qui nécessite un changement de politique économique. Toutes les possibilités doivent être envisagées. Des mesures non-conventionnelles ou extra-ordinaires doivent être prises pour éviter un nouvel échec et échapper à la menace de stagnation séculaire. C’est précisément l’objet du troisième rapport indépendant sur la croissance annuelle (résumé dans la dernière Note de l’OFCE n° 47 du 15 décembre 2014 – en réponse au Rapport sur la croissance annuelle publié par la Commission européenne – de faire une analyse critique de la stratégie macroéconomique européenne et de proposer des solutions alternatives.

L’incapacité à sortir durablement de la crise laisse de nombreuses séquelles sur le plan économique, social et politique. Le chômage reste à un niveau historique, ce qui accroît les inégalités et interrompt le processus de convergence entre les régions européennes. Les pressions à la baisse sur les salaires et le besoin de réduire les déséquilibres intra-zone euro nourrissent la déflation. Le désendettement public ou privé n’est pas achevé et la perspective d’une baisse des prix crée un cercle vicieux par lequel la stagnation va se prolonger. Le projet européen d’une économie prospère et intégrée ne saurait progresser si la reprise échoue une nouvelle fois. suite…»

Share Button

Does growth in the euro zone really depend on a hypothetical German fiscal stimulus?

By Christophe Blot and Jérôme Creel

The debate on economic policy in Europe was re-ignited this summer by Mario Draghi during the now traditional symposium at Jackson Hole, which brings together the world’s main central bankers. Despite this, it seems that both the one side (Wolfgang Schaüble, Germany’s finance minister) and the other (Christine Lagarde, head of the IMF) are holding to their positions: fiscal discipline plus structural reforms, or demand stimulus plus structural reforms. Although the difference can seem tenuous, the way is now open for what Ms. Lagarde called “fiscal manoeuvring room to support a European recovery”. She is targeting Germany in particular, but is she really right? suite…»

Share Button

La croissance de la zone euro dépend-elle vraiment d’une hypothétique relance budgétaire allemande ?

par Christophe Blot et Jérôme Creel

Le débat sur les politiques économiques en Europe a été relancé cet été par Mario Draghi, lors du désormais traditionnel symposium de Jackson Hole, qui réunit notamment les principaux banquiers centraux de la planète. Malgré cela, il semble que les uns (Wolfgang Schaüble, Ministre allemand des finances) et les autres (Christine Lagarde, directrice du FMI) continuent de camper sur leurs positions : discipline budgétaire et réformes structurelles, d’un côté ; relance de la demande et réformes structurelles, de l’autre. La différence est certes ténue, mais elle a ouvert la voie à ce que Mme Lagarde a dénommé « des marges de manœuvre budgétaires pour soutenir la reprise européenne ». Elle vise en particulier l’Allemagne, mais a-t-elle effectivement raison ? suite…»

Share Button

Dealing with the ECB’s triple mandate

By Christophe Blot, Jérôme Creel, Paul Hubert and Fabien Labondance

The financial crisis has sparked debate about the role of the central banks and monetary policy before, during and after the economic crisis. The prevailing consensus on the role of the central banks is eroding. Having price stability as the sole objective is giving way to the conception of a triple mandate that includes inflation, growth and financial stability. This is de facto the orientation that is being set for the ECB. We delve into this situation in one of the articles of the OFCE issue entitled Reforming Europe [1], in which we discuss the implementation of these three objectives. suite…»

Share Button

Les enjeux du triple mandat de la BCE

par Christophe Blot, Jérôme Creel, Paul Hubert et Fabien Labondance

La crise financière a initié un débat sur le rôle des banques centrales et la conduite de la politique monétaire avant, pendant et après les crises économiques. Le consensus qui prévalait sur le rôle des banques centrales s’est fissuré. L’objectif unique de stabilité des prix est remis en cause au profit d’un triple mandat incluant l’inflation, la croissance et la stabilité financière. C’est de facto l’orientation qui est donnée au rôle de la BCE. Nous évoquons cette situation dans l’un des articles d’un numéro de la revue de l’OFCE intitulé « Réformer l’Europe »[1], dans lequel nous discutons de la mise en œuvre de ces différents objectifs. suite…»

Share Button

The ECB – or how to become less conventional

By Jérôme Creel and Paul Hubert

The gloomy economic situation in the euro zone and the deflationary risks it is facing are leading the members of the European Central Bank (ECB) to consider a new round of quantitative easing, as can be seen in recent statements by German, Slovakian and European central bankers. What might this involve, and could these measures be effective in boosting the euro zone economy? suite…»

Share Button
  • FR
  • En