INDICATEUR | baromètre français des prix de l'énergie

 

En partenariat avec

2016


Mise à jour du 15 décembre 2016

Les prix de l’énergie en hausse pour le troisième mois consécutif

- Tirés par les cours du pétrole et du gaz, les prix de l’énergie ont augmenté de 0,9% en novembre par rapport à octobre
- Une hausse importante des prix du fioul domestique au début de la période hivernale
- Les prix de l’électricité et des combustibles solides (bois et dérivés) sont restés stables

Les prix de l’énergie ont augmenté de 0,9% en novembre par rapport à octobre, selon le Baromètre des prix de l’énergie en France (BPE-France) lancé aujourd’hui par l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) et European Climate Foundation (ECF). C’est le troisième mois de hausse consécutif en France, après 2 baisses significatives en juillet et en août.
Ce Baromètre sera désormais publié chaque mois afin de suivre au plus près l’évolution des prix de l’énergie pour les ménages.
Le cours du baril de pétrole (Brent) a connu une hausse importante depuis l’été, dépassant les 52 dollars tout au long du mois d’octobre et restant au-dessus de 45 dollars en novembre. Cette augmentation s’est répercutée progressivement sur les prix des carburants liquides et du fioul domestique. S’y est ajoutée la hausse saisonnière du prix du fioul domestique, qui intervient chaque année à l’automne, lorsque les consommateurs anticipent l’arrivée de l’hiver et remplissent leur cuve.

 

 

A l’inverse, les prix de l’électricité sont restés stables en novembre, tandis que les prix du gaz ont connu une hausse comprise entre 1% et 2% selon les offres, reflétant la hausse des prix des importations de gaz naturel européennes sur l’ensemble de l’année, ainsi que l’indexation de plus de la moitié du gaz consommé en Europe sur les cours du pétrole.
L’orientation à la hausse du BPE-France en novembre s’explique donc essentiellement par l’évolution récente du marché du pétrole, dont les produits dérivés constituent un peu plus de la moitié de la facture énergétique des ménages, contre moins d’un tiers pour l’électricité.

 

 

Malgré leur augmentation récente, les prix de l’énergie pour les ménages en France restent largement inférieurs aux niveaux record atteints entre 2011 et 2014. Sur cette période, le Baromètre des prix de l’énergie a connu ses plus hauts niveaux, principalement en raison d’une forte hausse des prix du baril, installés durablement au-dessus des 100 dollars jusqu’en septembre 2014. Même si le cours du gaz est bien moins volatil que celui du pétrole, le gaz a lui aussi connu un pic en 2014, avant une baisse régulière tout au long de l’année 2015. La légère remontée du cours international du gaz depuis juin 2016 commence aujourd’hui à se faire sentir sur le marché du gaz domestique en France.
Entre 2010 et 2015, les prix de l’électricité ont connu une augmentation régulière. Cela s’explique par les hausses annuelles des tarifs réglementés de l’électricité (qui concernent aujourd’hui 80% des ménages) chaque année en juillet. Ces hausses reflètent les besoins d’investissements dans les réseaux électriques mais aussi dans les capacités de production nucléaires, renouvelables et thermiques. Elles se traduisent par une hausse régulière du prix unitaire du kWh électrique, mais aussi des différentes taxes permettant de financer la solidarité avec les plus démunis et les territoires d’Outre-Mer, ainsi que le développement des énergies renouvelables.
Il en va de même pour le gaz, qui a connu lui aussi une évolution à la hausse. Cependant, en sus des augmentations règlementaires, les prix du gaz reflètent également les évolutions du cours des importations de gaz naturel européenne.
De leur côté, les produits dérivés du pétrole que sont le diesel, l’essence et le fioul domestique ont connu une hausse importante entre 2010 et 2012, puis une forte baisse à partir de 2014, reflétant l’évolution du cours du baril. Les prix des produits pétroliers ont connu un plus bas de quinze ans en janvier 2016, avant de remonter légèrement tout au long de l’année.
Les évolutions des prix de l’énergie en France sont largement comparables à celles observées ailleurs en Europe. Les prix de l’énergie ont augmenté partout en octobre, dans des proportions similaires à celles observées en France. Les prix de l’énergie en France sont légèrement supérieurs à la moyenne européenne. Cela cache des disparités importantes, notamment liées à la fiscalité sur les carburants (plus élevé sur les carburants en France que dans la moyenne des pays de l’Union Européenne). Toutefois les prix de l’électricité demeurent en France bien inférieurs à ceux de la moyenne européenne ou de l’Allemagne.

 

 

- Tirés par les cours du pétrole et du gaz, les prix de l’énergie ont augmenté de 0,9% en novembre par rapport à octobre
- Une hausse importante des prix du fioul domestique au début de la période hivernale
- Les prix de l’électricité et des combustibles solides (bois et dérivés) sont restés stables

Les prix de l’énergie ont augmenté de 0,9% en novembre par rapport à octobre, selon le Baromètre des prix de l’énergie en France (BPE-France) lancé aujourd’hui par l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) et European Climate Foundation (ECF). C’est le troisième mois de hausse consécutif en France, après 2 baisses significatives en juillet et en août.
Ce Baromètre sera désormais publié chaque mois afin de suivre au plus près l’évolution des prix de l’énergie pour les ménages.
Le cours du baril de pétrole (Brent) a connu une hausse importante depuis l’été, dépassant les 52 dollars tout au long du mois d’octobre et restant au-dessus de 45 dollars en novembre. Cette augmentation s’est répercutée progressivement sur les prix des carburants liquides et du fioul domestique. S’y est ajoutée la hausse saisonnière du prix du fioul domestique, qui intervient chaque année à l’automne, lorsque les consommateurs anticipent l’arrivée de l’hiver et remplissent leur cuve.

 

 

A l’inverse, les prix de l’électricité sont restés stables en novembre, tandis que les prix du gaz ont connu une hausse comprise entre 1% et 2% selon les offres, reflétant la hausse des prix des importations de gaz naturel européennes sur l’ensemble de l’année, ainsi que l’indexation de plus de la moitié du gaz consommé en Europe sur les cours du pétrole.
L’orientation à la hausse du BPE-France en novembre s’explique donc essentiellement par l’évolution récente du marché du pétrole, dont les produits dérivés constituent un peu plus de la moitié de la facture énergétique des ménages, contre moins d’un tiers pour l’électricité.

 

 

Malgré leur augmentation récente, les prix de l’énergie pour les ménages en France restent largement inférieurs aux niveaux record atteints entre 2011 et 2014. Sur cette période, le Baromètre des prix de l’énergie a connu ses plus hauts niveaux, principalement en raison d’une forte hausse des prix du baril, installés durablement au-dessus des 100 dollars jusqu’en septembre 2014. Même si le cours du gaz est bien moins volatil que celui du pétrole, le gaz a lui aussi connu un pic en 2014, avant une baisse régulière tout au long de l’année 2015. La légère remontée du cours international du gaz depuis juin 2016 commence aujourd’hui à se faire sentir sur le marché du gaz domestique en France.
Entre 2010 et 2015, les prix de l’électricité ont connu une augmentation régulière. Cela s’explique par les hausses annuelles des tarifs réglementés de l’électricité (qui concernent aujourd’hui 80% des ménages) chaque année en juillet. Ces hausses reflètent les besoins d’investissements dans les réseaux électriques mais aussi dans les capacités de production nucléaires, renouvelables et thermiques. Elles se traduisent par une hausse régulière du prix unitaire du kWh électrique, mais aussi des différentes taxes permettant de financer la solidarité avec les plus démunis et les territoires d’Outre-Mer, ainsi que le développement des énergies renouvelables.
Il en va de même pour le gaz, qui a connu lui aussi une évolution à la hausse. Cependant, en sus des augmentations règlementaires, les prix du gaz reflètent également les évolutions du cours des importations de gaz naturel européenne.
De leur côté, les produits dérivés du pétrole que sont le diesel, l’essence et le fioul domestique ont connu une hausse importante entre 2010 et 2012, puis une forte baisse à partir de 2014, reflétant l’évolution du cours du baril. Les prix des produits pétroliers ont connu un plus bas de quinze ans en janvier 2016, avant de remonter légèrement tout au long de l’année.
Les évolutions des prix de l’énergie en France sont largement comparables à celles observées ailleurs en Europe. Les prix de l’énergie ont augmenté partout en octobre, dans des proportions similaires à celles observées en France. Les prix de l’énergie en France sont légèrement supérieurs à la moyenne européenne. Cela cache des disparités importantes, notamment liées à la fiscalité sur les carburants (plus élevé sur les carburants en France que dans la moyenne des pays de l’Union Européenne). Toutefois les prix de l’électricité demeurent en France bien inférieurs à ceux de la moyenne européenne ou de l’Allemagne.

 

 

Aurélien Saussay, Economiste, OFCE

Le baromètre des prix de l'énergie est également disponible pour l'Allemagne et la Pologne.
Pour plus d'information, voir http://energytransparency.info/

 

Copyright © 2015 - All Rights Reserved - OFCE 10 Place de Catalogne 75014  Paris

+33(1)44 18 54 07   

Mentions légales