Un sentier de croissance soutenue à court terme

Selon l’indicateur Eurocroissance calculé par Euroframe en février, la croissance dans la zone euro restera solide au premier trimestre 2017. L’indicateur table sur une croissance proche de +0,7 % en 2017T1. La prévision actuelle de l’indicateur est inchangée par rapport à celle de janvier. Il convient cependant de noter que l’indicateur surestime légèrement l’estimation préliminaire d’Eurostat, +0,5 % pour le dernier trimestre 2016 publiée le mardi 31 janvier. En glissement annuel, la prévision issue de l’indicateur conduirait à une croissance de +1,9 % en 2017T1.
La croissance soutenue attendue au tournant de 2016 et de 2017 repose principalement sur l’amélioration de la conjoncture dans les secteurs industriels. La confiance dans l’industrie s’est significativement raffermie en décembre 2016, conduisant à la contribution la plus forte des secteurs manufacturiers à l’indicateur depuis le début de 2014. L’amélioration dans la construction contribue aussi à l’accélération de la croissance en 2017T1 avec un – long – retard de 5 trimestres. Néanmoins, la confiance des consommateurs, avec un retard de 1 trimestre, ne contribue plus à la croissance en 2017Q1, après un effet encore positif durant les trimestres antérieurs. La contribution du taux de change passe de légèrement négative en 2016T4 à légèrement positive au premier trimestre de cette année, mais l’absence de tendance de l’euro contre le dollar a conduit à une contribution du taux de change proche de 0 depuis 2015T4.
En résumé, l’amélioration du climat économique décrit par les enquêtes de conjoncture depuis la fin 2016 laisse attendre un sentier de croissance plus soutenu à court terme, équivalant à un taux de croissance annuel proche de +2 %. Pour le moment, les agents économiques semblent rester insensibles à un environnement plus risqué et plus incertain, relativement aux conséquences du Brexit, aux politiques amenées à être mises en œuvre par la nouvelle administration américaine qui pourraient affecter les relations commerciales de l’Europe avec les États-Unis, aux problèmes bancaires non résolus dans la zone euro et à la remontée des prix de l’énergie et des taux d’intérêt.

Hervé Péléraux, OFCE, pour Euroframe

 

En %, t/t-42015 T42016 T12016 T22016 T32016 T42017 T1

Eurostat

+2,0

+1,7

+1,6

+1,8

+1,8

-

Indicateur

+2,1

+1,5

+1,8

+1,8

+1,9

-

En %, t/t-12015 T42016 T12016 T22016 T32016 T42017 T1

Eurostat

+0,5

+0,5

+0,3

+0,4

+0,5

-

Indicateur

+0,7

+0,3

+0,5

+0,5

+0,7

+0,7

 

 

Séries historiques

 


 


 

La reprise en zone euro accélère

Selon l’indicateur Eurocroissance, calculé par Euroframe, la reprise en zone euro semble se renforcer. L’indicateur table sur une croissance de +0,7 % à la fois au quatrième trimestre 2016 et au premier trimestre 2017, à la suite de celle plus modérée publiée par Eurostat pour les deux trimestres précédents, +0,3 %. Les prévisions de l’indicateur ont été révisées à la hausse depuis décembre, de +0,12 et +0,19 point respectivement. D’une année sur l’autre, la croissance serait de +1,9 et +2,1 % au T4 et au T1 respectivement, contre des hausses réalisées durant le semestre estival voisines de +1,8 %.
La révision en hausse des prévisions trimestrielles est presque entièrement due à l’amélioration de la confiance dans l’industrie, qui affecte l’indicateur de manière coïncidente. L’amélioration de la confiance des ménages, entrant dans l’indicateur avec un retard d’un trimestre, contribue aussi à l’accélération de la croissance entre le troisième et le quatrième trimestre. Ces deux prochains trimestres, l’amélioration de la confiance dans la construction il y a cinq trimestres aura un impact modéré sur la croissance. La contribution du taux de change passera de légèrement négative au T4 à légèrement positive au premier trimestre de cette année, à la suite de la récente dépréciation de l’euro contre le dollar.
En résumé, l’estimation de janvier de l’indicateur laisse penser que les conséquences négatives attendue du Brexit, largement partagées, et des incertitudes liées au changement d’administration américaine épargneront la croissance de la zone euro pour le moment. Cependant, la perception favorable actuelle de l’environnement économique pourrait rapidement changer compte tenu des multiples risques sur les perspectives qui, en plus des incertitudes politiques déjà mentionnées, proviennent de beaucoup de facteurs, comme les problèmes bancaires non résolus en zone euro, le stress financier lié à la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis ou un choc possible sur l’inflation issu de la remontée des prix de l’énergie en réponse à l’accord OPEP-Russie de baisse de la production.

Klaus-Jürgen Gern, Kiel Institute for the World Economy, pour Euroframe

 

En %, t/t-42015 T42016 T12016 T22016 T32016 T42017 T1

Eurostat

+2,0

+1,7

+1,7

+1,7

-

-

Indicateur

+2,2

+1,6

+1,8

+1,8

+1,9

+2,1

En %, t/t-12015 T42016 T12016 T22016 T32016 T42017 T1

Eurostat

+0,5

+0,5

+0,3

+0,3

-

-

Indicateur

+0,7

+0,3

+0,5

+0,5

+0,7

+0,7

 

 

Séries historiques

 


 


 

Copyright © 2015 - All Rights Reserved - OFCE 10 Place de Catalogne 75014  Paris

+33(1)44 18 54 00