INDICATEUR AVANCÉ POUR L'ÉCONOMIE FRANCAISE

Le taux de croissance du PIB selon les comptes nationaux et selon l’indicateur

Sources : INSEE, calculs et prévisions OFCE. 

 

En %, t/t-1, prix chaînés,
base 2010
2016 T12016 T22016 T32016 T42017 T12017 T2

INSEE

+0,7

-0,1

+0,2

+0,4

-

-

Indicateur

+0,6

+0,3

+0,4

+0,6

+0,7

+0,5

Séries historiques

 


 


 

Des signaux toujours favorables

La publication d’une hausse du PIB de 0,4 % au quatrième trimestre 2016 a confirmé le retour de la croissance, après un troisième trimestre peu dynamique (+0,2 %) et un recul de l’activité au deuxième trimestre (-0,1 %). Le bon début d’année 2016, avec une hausse du PIB de +0,6 %, qui aurait pu signer l’enclenchement d’une véritable phase de reprise s’est avéré, comme en 2015, être un faux signal avec une retombée de la croissance débouchant sur une quasi-stagnation de l’activité en milieu d’année. Dans le même temps, l’indicateur bâti sur les enquêtes de conjoncture, même s’il décrit rétrospectivement une croissance un peu moins dynamique en cours d’année qu’au premier trimestre, reste largement au-dessus des évaluations des comptes nationaux. Cette divergence tient pour partie à l’effet de chocs contraires, mal captés par les enquêtes de conjoncture car temporaires, et qui ont perturbé la trajectoire de croissance au printemps et à l’été : grèves dans les raffineries, inondations, attentats terroristes, contrecoup de la vague d’achats au premier trimestre de matériels audiovisuels à l’occasion de l’Euro de foot et des Jeux Olympiques, fin annoncée pour la mi-avril du suramortissement fiscal pour les investissements industriels.
En se maintenant au voisinage de leur moyenne de longue période depuis la mi-2015, les climats des affaires dans les principales branches de production, l’industrie et les services, décrivaient par-là un rythme de croissance sous-jacent du PIB proche de sa moyenne de long terme estimée par l’indicateur à 0,4 %*, donc une situation assez neutre en termes cyclique. La donne pourrait néanmoins changer au tournant de 2016 et de 2017 avec le fort regain d’optimisme des entreprises en décembre qui a porté les enquêtes très au-delà de leur moyenne de longue période, phénomène qui n’est pas propre à la France puisqu’il est constaté chez ses partenaires de la zone euro également. Dans ces conditions, la croissance du PIB devrait accélérer significativement au premier trimestre 2017, +0,6 % selon nos estimations.

_________________
* La croissance de long terme considérée ici n’est pas la croissance potentielle estimée par ses déterminants structurels au moyen une fonction de production, mais la moyenne du taux de croissance du PIB telle qu’elle ressort de l’estimation de l’indicateur avec des variables explicatives centrées et réduites.

Hervé Péléraux, Département Analyse et Prévision

 

Le taux de croissance du PIB selon les comptes nationaux et selon l’indicateur

Sources : INSEE, calculs et prévisions OFCE. 

 

En %, t/t-1, prix chaînés,
base 2010
2015 T42016 T12016 T22016 T32016 T42017 T1

INSEE

+0,2

+0,6

-0,1

+0,2

+0,4

-

Indicateur

+0,5

+0,6

+0,3

+0,4

+0,6

+0,6

Séries historiques

 


 


 

Le taux de croissance du PIB selon les comptes nationaux et selon l’indicateur

Sources : INSEE, calculs et prévisions OFCE. 

 

En %, t/t-1, prix chaînés,
base 2010
2015 T42016 T12016 T22016 T32016 T42017 T1

INSEE

+0,3

+0,6

-0,1

+0,2

-

-

Indicateur

+0,5

+0,6

+0,4

+0,4

+0,6

+0,7

Séries historiques

 


 


 

Copyright © 2015 - All Rights Reserved - OFCE 10 Place de Catalogne 75014  Paris

+33(1)44 18 54 00